E.D.R.E.D.O.N (une pincée de light)

— J’arrive ! cria Lazer triomphant alors qu’Ézera sombrait dans les pommes. Pour la Spaciale !

Le jeune excité appuya sur la commande latérale d’un piston automatique. Le mécanisme se mit parfaitement en route et la corde de l’arc se banda à fond. Bien campé sur ses jambes, juste derrière le fauteuil de Pépé qui bavait de joie, l’astrophysicien brandissait une énorme arbalète dont il venait de finir le montage. Le bois du pied et les deux demi-arcs d’acier avaient été dissimulés parmi l’armature de la chaise roulante de l’handicapé.

— Le Professeur Arbuz sait que vous avez emporté l’un de ses derniers prototypes d’arme de destruction massive, Monsieur Khram ? s’enquit Tienne, soufflé.

— Sinon, ça va être la révolution à Ohm, opina Prazo. Tout le monde risque de penser qu’un espion s’est introduit dans l’académie.

— C’est lui qui m’a demandé de réaliser si possible quelques essais. Il voudrait une estimation de la dispersion des fragments de chairs arrachés par son nouveau bébé !

Lazer sourit de toutes ses dents face au géant de pierre hésitant. La prudence l’invita à ne pas finir son coup fauchant quand s’aligna dans sa direction une rangée de huit carreaux d’arbalète engagés dans une machinerie infernale composée d’une série effrayante de rails d’acier et de câbles métalliques. De plus, le brun qui la tenait fermement en position de tir malgré un poids certainement conséquent paraissait impatient d’appuyer sur la gâchette.

— Un essai en condition réelle de combat ? s’inquiéta Prazo qui lentement glissa de sa chaise pour passer discrètement sous le bois protecteur de la table.

— Ne croyez-vous pas, Monsieur Khram, s’informa Tienne en restant parfaitement droit, que vous auriez dû la tester d’abord sur un malheureux chevreuil en pleine nature ? Cette taverne me semble effroyablement confinée. Vous risquez de créer quelques dégâts collatéraux.

— Devoir prendre en compte les paramètres liés au vent dans mon rapport ? s’offusqua le fou dangereux armé. Maître Arbuz n’aurait pas apprécié. Et s’il faut mourir, autant que cela soit pour la Science ! Agädeakar !

Et sur ce cri de guerre et de ralliement très en vogue dans la société naine, Lazer tira.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s